Notre blog

En Corée du Sud, la mode des fausses funérailles…

Posté le 19 septembre 2014

SKOREA-ECONOMY

Des entreprises proposent aux Sud-Coréens d’organiser de fausses funérailles pour leur redonner goût à la vie. Portrait funéraire, cercueil, lettre d’adieu, tout est fait pour que le participant vive «l’expérience de la mort».

Goûter à la mort pour mieux vivre. C’est ce que proposent en substance des entreprises sud-coréennes depuis le début des années 2000. Le service rendu aux clients: organiser leurs fausses funérailles et simuler leur mort pour leur redonner goût à la vie. Cette expérience inédite est généralement proposée par des entreprises de pompes funèbres qui cherchent à redorer leur image.

La fausse cérémonie mortuaire peut se dérouler en plein air ou dans une grande salle fleurie dans laquelle des rangées de cercueils en bois se succèdent. Là, les participants se font tirer leur portrait (funéraire), enfilent une robe traditionnelle avant de rédiger leur testament ou une lettre d’adieu adressée à leurs proches. Une fois devant leur cercueil, les clients lisent leurs dernières volontés à voix haute. Puis arrive l’heure fatidique: à la lueur des bougies, les participants s’allongent dans le cercueil qui se referme sur eux. L’expérience dure entre 5 et 10 minutes.

PHO776aa082-3297-11e4-9bb2-01a5407c2108-300x200

«Quand ils ont cloué le cercueil, j’ai vraiment eu l’impression d’être morte», témoigne Baek Kyung-ah, dans le Financial Times . «Jusqu’ici, la mort me paraissait lointaine, mais à présent, je pense que je dois vivre une meilleure vie». D’autres, au contraire, n’apprécient pas du tout l’expérience. «J’avais déjà peur de mourir, mais si on ne me fait encore plus penser à la mort, ça va finir par me faire vraiment mourir. Toute cette négativité, c’est effrayant», explique une participante interrogée dans l’émission L’Effet Papillon sur Canal+.

«C’est une manière de se laisser aller», raconte l’entrepreneur Jung Joon, directeur d’une entreprise de pompes funèbres à Séoul qui facture 25 dollars la séance mortuaire. «Ensuite, vous vous sentez revigoré et vous êtes prêt à reprendre votre vie à zéro», explique-t-il dans le Los Angeles Times. Plus spirituel, Kim Hi Ho, dirigeant de l’Institut Happy Dying (mourir heureux) voit davantage cette expérience comme une invitation à la méditation. «Les participants peuvent réfléchir à leur vie et prendre conscience que la vie est belle», dit-il au magazine Vice , en précisant que ses cercueils en bois disposent de plusieurs trous pour permettre aux «défunts» de respirer. Ce dernier assure qu’il reçoit environ 300 clients par mois.

PHO7a4f19c2-329c-11e4-9bb2-01a5407c2108-300x200

Si on en croit leurs organisateurs, ces stages permettraient de faire de la prévention au suicide alors que le pays enregistre le taux le plus élevé parmi les pays de l’OCDE (33,8 pour 100. 000 personnes en 2009), deux fois supérieur au taux français. La rapide industrialisation du pays, les difficiles conditions de travail et la pression sociale autour de la réussite expliquent en partie cette hausse constatée ces dernières années, le nombre de passage à l’acte ayant doublé sur la dernière décennie.

 

Améliorer la performance des entreprises

Ces enterrements factices ont déjà séduit des dizaines de milliers de Coréens, qu’ils soient étudiants, actifs ou retraités. Le Financial Times explique même que des entreprises comme Samsung et Hyundai Motor ont inscrit leurs salariés à ces programmes. «En ayant recours à ces stages, les entreprises pensent pouvoir améliorer l’efficacité de leurs employés en leur proposant quelque chose de spectaculaire et d’intense qui leur redonnerait goût à la vie», analyse le sociologue Tanguy Châtel interrogé par Le Figaro. Ce genre de pratiques est en fait un outil managérial. Rien d’étonnant quand on sait qu’on est dans une société obsédée par la performance et la réussite».

Cet engouement pour ce type d’expériences rappelle le succès du salon de la mort en 2011 à Paris, où les visiteurs pouvaient essayer leur cercueil. «Il y a toujours eu une fascination pour la mort, explique encore Tanguy Châtel. Déjà, tout petits, les enfants s’enterrent dans le sable à la plage. Plus grands, certains s’amusent à aller dans les cimetières la nuit pour se faire peur». Mais «sous le poids des technologies et de la science, on a été invité à repousser les limites encore plus loin, au point de nier la mortalité. Tout cela me paraît très artificiel. Ce n’est pas parce que vous êtes allongé dans un cercueil que vous comprenez mieux la question de la mort», soupire le spécialiste.

Copyright @ Caroline Piquet – lefigaro.fr , le 02/09/2014


Au Delaware, les héritiers auront accès à la vie numérique du défunt…

Posté le 27 août 2014

L’Etat américain du Delaware est le premier à adopter une loi qui autorise les héritiers et/ou exécuteurs testamentaires à accéder à la vie numérique d’une personne décédée ou incapable d’y accéder par elle-même. Mais pour le moment, les services numériques (Google, Facebook et consorts) refusent de coopérer.

« A mes enfants je lègue ma maison, mes documents numériques, mon compte Facebook, mon blog et mes achats iTunes ». Peut-être pourrons-nous un jour lire ce genre de phrase dans les testaments. Dans l’état du Delaware aux Etats-Unis, c’est même déjà le cas, et c’est une première. A noter que les états de l’Idaho ou du Nevada proposent déjà d’accéder à des fichiers numériques, mais de manière plus limitative.

La loi (baptisée « Fiduciary Access to Digital Assets and Digital Accounts Act » dite UFADAA) adoptée outre-Atlantique va même plus loin puisqu’elle donne de fait le droit aux familles d’accéder aux fichiers numériques d’une personne disparue. Concrètement, elle confère le droit aux héritiers et exécuteurs testamentaires de prendre le contrôle de ces fichiers comme ils le feraient pour des biens matériels.

tombe1.-2

Mais la réalité est bien différente. Car ceci impose une coopération des fournisseurs de services numériques. Ceci est un changement majeur car aujourd’hui, lorsqu’une personne disparaît, ses droits numériques disparaissent avec elle. Actuellement sur Facebook par exemple, le site consent à transformer la page d’un utilisateur décédé en « page de commémoration ». Il précise : « nous ne pouvons pas communiquer les informations de connexion d’un compte de commémoration. Se connecter au compte d’une autre personne constitue une violation de notre règlement ».

Bataille juridique en vue

« Nos lois n’ont pas évolué en même temps que nos technologies », estime Daryl Scott, membre de la chambre des députés du Delaware, militant pour que les fournisseurs de service coopèrent. Mais la bataille est loin d’être gagnée. « Cette loi ne tient pas compte de l’intrusion dans la vie privée que cela représente pour les personnes tierces qui ont communiqué avec la personne disparue », souligne Jim Halpert, avocat de DLA Piper, qui travaille notamment pour Google, Facebook, Yahoo et d’autres entreprises du numérique.

Il continue et explique que « cela comprend donc les communications potentiellement confidentielles entre une personne disparue et d’autres encore de ce monde – les patients d’un docteur, d’un psychiatre ou d’un homme d’église décédé par exemple – qui seraient alors très surpris qu’un exécuteur testamentaire ait accès à leurs conversations privées. La loi en tant que telle peut créer beaucoup de confusions car, comme la loi elle-même le reconnaît, la loi fédérale peut interdire la divulgation de certaines communications ».

Enfin, il estime encore qu’une lettre manuscrite et un mail n’ont pas la même valeur et ne doivent donc pas être traités de la même manière. « Le volume de mails est beaucoup plus gros et les gens sont généralement beaucoup plus prudents lorsqu’ils écrivent une lettre », termine-t-il.

 

Copyright @ Emilien Ercolani, le 26/08/2014


Legs et légataires : règles et conseils

Posté le 25 juin 2012

Les cas de litiges et d’abus sont encore très nombreux entre les légataires. Ce qui porte à confusion, c’est le vocable juridique obscur.

Pourtant, léguer son patrimoine n’est pas une mince affaire. Surtout, lorsqu’il n’y a pas d’héritiers directs. Pour éviter de vous retrouver dans les méandres de la succession, quelques consignes à suivre absolument.

Le legs n’est pas l’héritage. C’est une décision volontaire, appelée libéralité, qui engage le défunt à partager son patrimoine entre les personnes de son choix. Les héritiers réservataires (enfants, petits-enfants, ascendants) ont droit à la succession dans tous les cas. On distingue trois grandes familles de legs en France. Le legs universel recueille toute la succession (je lègue tous mes biens à…). A ne pas confondre avec le legs à titre universel qui recueille une quote-part (je lègue la moitié, le tiers, le quart de mes biens à…). Enfin, on retrouve aussi le legs à titre particulier qui concerne un bien précis (je lègue mon vase chinois à…).

Droits et obligations des légataires

La fiscalité est la même pour les trois types de legs. Seuls diffèrent les droits et les obligations des légataires vis à vis du testateur. Si vous étes légataire universel ou à titre universel, avant de jouir des biens légués, vous devez demander leur délivrance aux éventuels héritiers réservataires. Mais aussi, vous engager à payer les dettes et les charges de la succession (en totalité ou proportionnellement à la part de l’héritier). Ou encore, acquitter tous les autres legs avec les héritiers (chacun au prorata de la part et portion dont ils profiteront dans la succession). Le légataire à titre particulier doit, lui aussi, demander la délivrance des biens légués aux héritiers. En revanche, il ne paye pas les dettes et charges de la succession, sauf legs consentis avec charges.

Le notaire, un ami qui vous veut du bien

Le legs peut être notifié par acte notarié ou par testament olographe (rédigé manuellement et caché dans votre tiroir). Dans le cas d’une absence d’héritiers réservataires, il vaut mieux passer par un professionnel pour pallier à tout litige dans la succession. Notez que les héritiers réservataires peuvent également être légataires. Cela arrive en cas de décès prématuré du conjoint ou des enfants du testateur.Bon à savoir :Si vous êtes désigné légataire universel, cela ne veut pas dire que vous touchez le gros lot. La priorité est toujours donnée aux héritiers réservataires. Pire, si vous êtes complètement étranger à la famille, c’est l’État qui récupérera le mise car vous payez plein pot les impôts.

Copyright © 2012 legouroo.com


Héritage. Dans quels cas contester le partage ?

Posté le 15 mars 2012

Les frères et sœurs qui héritent de leurs parents doivent être traités à égalité. Si l’un d’eux est lésé, il peut demander que l’équilibre soit rétabli.

Paris Match. Au décès des parents, les enfants doivent-ils obligatoirement recevoir chacun la même chose ?
Stéphane Adler. Non. Les parents ont pu vouloir favoriser l’un au détriment de l’autre. Soit en fai- sant des donations de leur vivant à l’un et pas à l’autre, soit en léguant par testament plus à l’un qu’à l’autre. Ils en ont le droit, à condition de ne pas empiéter sur la part que la loi réserve à chacun des enfants. Par exemple, si un père a trois enfants, il peut disposer librement du quart de son patrimoine pour favoriser la personne de son choix, l’un de ses enfants ou quelqu’un qui n’a aucun lien de parenté avec la famille. Mais les trois autres quarts doivent revenir, à son décès, à ses trois enfants, à raison d’un quart chacun.


A partir de quel moment l’un des héritiers peut-il s’estimer lésé ?
A l’ouverture de la succession, on fait le total des donations consenties par le défunt au cours de sa vie, en calculant leur valeur au jour de son décès. On y ajoute les biens qu’il a laissés, et on calcule ce

qui doit revenir à chacun de ses enfants. Dès que la valeur du lot qu’on attribue à l’un des héritiers ne correspond pas à ce qu’il devrait recevoir, soit parce que l’évaluation du bien immobilier est biaisé, soit parce que ses frères ont reçu des donations du vivant de leur père et pas lui, il peut contester le partage.

Que peut-il demander ?
A être traité de la même manière que les autres. Si l’héritier lésé a reçu 25 % de moins que son dû, il peut engager, dans les deux ans qui suivent le règle- ment de la succession, une action en “comblement de partage”. Exemple : son bien ne vaut que 180 000 euros, alors qu’il aurait dû recevoir l’équivalent de 250 000 euros. Il peut donc demander que ses frères complètent sa part, pour qu’il arrive lui aussi à 250 000 euros.

Mais s’il ne restait plus rien au décès du père ?
Dans ce cas, il peut engager une “action en réduc- tion”. Ses frères doivent lui reverser une partie des biens qu’ils ont reçus ou une soulte, c’est-à-dire une somme d’argent. Ce sont des procédures qui peuvent devenir longues et coûteuses s’il faut réévaluer des biens donnés, parfois dix ou vingt ans plus tôt ! Elles sont jugées par le tribunal de grande instance.

Et quand le patrimoine est parti vers des bénéficiaires sans lien de parenté ?
Si le défunt a vendu son bien et dilapidé l’argent, il n’y a aucun recours. S’il a fait un contrat d’assurance vie en faveur d’une tierce personne, c’est le juge qui tranche : quand le capital investi représente une part raisonnable du patrimoine, le contrat est validé. Quand le montant est disproportionné de façon manifeste, le bénéficiaire peut être contraint d’en restituer une partie.

Que conseillez-vous ?
Aux parents qui ont aidé leurs enfants à différentes époques : de faire, un jour, une “donation-partage” pour réintégrer toutes les donations précédentes. Leurs valeurs seront figées une fois pour toutes, ce qui évitera les contentieux à leur décès. Aux en- fants qui se déchirent : de privilégier un partage du patrimoine familial basé sur le principe d’égalité.

Copyright © 2011 Paris Match Liliane Gallifet

 


Mieux vivre le temps du départ…

Posté le 17 octobre 2011

Le « Guide De La Fin De Vie » Ou Comment Mieux Vivre Le Temps Du Départ… Un Nouveau Guide Thématique Du Petit Futé – Octobre 2011.

Mieux vivre le temps du départ…

« Ce qui donne un sens à la vie donne un sens à la mort » – Saint-Exupéry.

Le deuil est une réalité à laquelle personne ne peut échapper. Tous les ans des millions de personnes sont touchés par les 530 000 décès qui surviennent dans notre pays. La fin de vie aujourd’hui revêt des caractères différents par rapport au passé. Les Français vivent de plus en plus vieux mais ils se retrouvent souvent de plus en plus seuls pour affronter la maladie, le handicap, les problèmes liés à l’âge. Les familles sont éclatées, les enfants pris dans la vie quotidienne, l’éloignement de plus en plus fréquent.

Depuis quelques années cette période ultime avant le décès commence à être prise en compte : des médecins, des psychologues, des sociologues, des hommes et femmes de loi, des associations, des sociétés de service travaillent au quotidien, soit dans des structures adaptées soit à domicile, pour l’améliorer. Ainsi, le premier Salon de la Mort s’est tenu à Paris en avril dernier, etc.

L’idée : faire tomber les tabous autour de la mort, en parler pour mieux vivre. Un Observatoire national de la fin de vie vient également de voir le jour. Son rôle : dresser un état des lieux des situations et des besoins à l’approche de la mort.

Mais la mort ne frappe pas que les personnes âgées : des enfants, des adolescents, des jeunes adultes sont confrontés pour eux-mêmes ou pour leur entourage à ce qui est parfois inéluctable. Comment y faire face ? Comment accepter, accompagner, comprendre la fin de vie et la mort ?

L’angoisse, la souffrance morale, la douleur physique sont le plus souvent difficiles à surmonter. Ce guide, respectueux de la déontologie, est conçu de façon pratique pour aider celles et ceux qui un jour ou l’autre devront gérer ce « temps du départ » pour eux-mêmes ou pour des proches. Il tente d’aborder et de répondre aux questions juridique, sociale, financière ou psychologique que l’on se pose avant le décès, au moment des obsèques et après le décès. Il informe sur l’évolution des funérailles et du funéraire sans oublier l’arrivée d’internet qui a révolutionné les habitudes de communication y compris sur le deuil. L’étape de la fin de vie est une étape à vivre en toute conscience et en toute humilité.

PLAN DU GUIDE : La fin de vie : rester à domicile ou en établissement spécialisé. L’accompagnement de la fin de vie (la dépendance, les maladies du grand âge, les soins palliatifs, législation…). Les aides financières et la protection juridique. Transmission du patrimoine (testaments, legs, dons, assurances vie, etc.). Prévoir ses obsèques.

Le Décès : les formalités, avant les obsèques, organisation des funérailles, choix du funéraire, les obsèques.

Après les obsèques : succession, l’étape du deuil, informations pratiques et complémentaires…

Informations pratiques, des conseils mais aussi de nombreuses précisions pour mieux appréhender le sujet (l’allocation personnalisée d’autonomie, les différentes structures d’accueil spécialisées – EHPAD ou EHPA -, la grille AGGIR, le plan Alzheimer, l’aide à la sortie d’hospitalisation mais aussi la fiscalité sur les donations, le B à Ba du testament, etc.) ainsi que différents témoignages de professionnels (Marie-Andrée CLAMENS, psychologue clinicienne en EHPAD ; Danièlle JOFFRE-POMPOUGNAC, psychothérapeute ; Geneviève DEMOURES, médecin gérontologue ; Patrick PAULY, thanatopracteur, etc.) viennent compléter, sous forme d’encadrés, cette première édition du guide de la fin de vie sans oublierquelques focus sur différentes expériences actuellement menées telles que l’expérience viticole de l’hôpital Bretonneau, etc.

Petit Futé Guide de la Fin de Vie 2012
Collection Thématiques – Edition n°1 -166 pages – Prix public : 11,95 Euros
Disponible sur www.petitfute.fr


« Sans enfants, il est nécessaire de tout prévoir à l’avance »

Posté le 3 octobre 2011

Que devient le patrimoine en l’absence d’enfants ? Comment favoriser certains proches ou faire un don à une fondation ? Réponses de Sophie Gonsard, spécialiste de la stratégie patrimoniale chez Althémis.

Comment se passe la succession d’un couple marié sans enfants? Les parents ou les frères et sœurs sont-ils privilégiés ?

Sophie Gonsard .- Bien des successions se déroulent encore sans testament, par simple application du code civil. Si la personne est mariée et qu’elle n’a plus ses parents, le conjoint hérite de tout, sauf éventuellement de la moitié des « biens de famille » existant encore « en nature » et reçus auparavant par le défunt de ses parents. Ces biens reviennent alors aux frères et sœurs du défunt. Si le défunt a encore un parent, ce dernier reçoit un quart de la succession en pleine propriété, et le conjoint, les trois quarts. Si deux parents subsistent, chacun reçoit un quart, et le conjoint, la moitié seulement. En revanche, les frères et sœurs ne reçoivent rien, ce qui surprend souvent nos clients.

Peut-on tout laisser à son conjoint ?

Avec une donation au dernier vivant ou un testament, le conjoint survivant peut recevoir la totalité de la succession. Sauf si le patrimoine provient d’une donation des parents : il existe alors un droit de retour légal pour une fraction, et il a été généralement prévu une clause de retour qui assure la restitution de l’intégralité aux donateurs en cas de décès de leur enfant sans descendance. Dans ce cas, le conjoint n’aura aucun droit sur ce patrimoine, ce qui peut s’avérer très délicat lorsqu’il s’agit de la résidence principale du couple… En présence d’une clause de retour, rien n’interdit à l’enfant de demander à ses parents d’en modifier les contours pour protéger son conjoint. Si l’on peut déshériter ses parents ou ses frères et sœurs, il n’est pas possible de déshériter son conjoint, qui est un héritier réservataire à hauteur du quart du patrimoine en l’absence d’enfant.

Les choses sont-elles très différentes dans le cas d’un couple pacsé ou vivant en concubinage ?

La différence avec les couples mariés est radicale, puisque la loi ne prévoit rien pour les concubins. En l’absence de dispositions, ce sont les parents (pour un quart chacun) et les frères et sœurs qui héritent, mais rien ne revient à la personne avec qui on partage sa vie, même depuis longtemps. Parents et frères et sœurs n’étant pas des héritiers réservataires, il est possible de les écarter de sa succession au profit du survivant du couple (aux mêmes exceptions que pour le conjoint). Mais sans pacs, le coût fiscal est quasiment rédhibitoire : 60 % de la valeur du bien partent en droits de succession après un abattement dérisoire de 1 594 €. Même avec un pacs, le testament s’impose, car le pacs ne prévoit pas de transmission en cas de décès (sauf un droit temporaire au logement d’un an).

Si l’on souhaite faire bénéficier une association ou une fondation d’une succession, comment procéder ?

Lorsque la famille est éloignée, ce choix est souvent envisagé. Après avoir vérifié que l’organisme retenu a la faculté de recevoir des legs ou le bénéfice de contrats d’assurance-vie sans taxation, il faut rédiger un testament en ce sens. On peut désigner un organisme, à charge pour lui de s’occuper par exemple d’entretenir la tombe du défunt ou de délivrer des legs particuliers à des personnes proches. Dans ce cas, on peut prévoir que ces legs seront nets de frais et de droits, qui seront alors à la charge de l’organisme. Si le patrimoine est important, la création d’une fondation abritée ou d’un fonds de dotation est possible.

Par Anne-Sophie Cathala
Article paru dans Le Figaro le 1er octobre 2011


Bientôt un testament authentique pour les personnes sourdes et/ou muettes

Posté le 13 septembre 2011

Pour être valable, un testament authentique doit être dicté par le testateur au notaire, qui doit ensuite en faire la lecture à haute voix (article 972 du Code civil).

Ces conditions interdisent en pratique aux personnes sourdes et/ou muettes de faire établir un testament authentique.

Pour remédier à cette situation, le ministre de la Justice, en réponse à un parlementaire, a indiqué qu’une modification de la loi était envisagée. Les personnes ne pouvant pas s’exprimer oralement seraient ainsi autorisées à écrire, en présence du notaire, un texte expliquant leurs dernières volontés.

Le notaire rédigerait le testament authentique à partir de ce texte et en donnerait ensuite lecture au testateur. Si ce dernier n’entend pas, il prendrait connaissance du testament en le lisant lui-même.

Réponse ministérielle à M. Warsmann : JO AN du 30 août 2011 n° 83670

A suivre…
Sébastien.