Notre blog

Pompes funèbres : il faudra un diplôme dès 2013…

Posté le 22 novembre 2012

Les employés et dirigeants d’entreprises de pompes funèbres devront, à partir de l’année prochaine, obtenir un diplôme validant, entre autre, des connaissances en « psychologie et sociologie du deuil », selon un décret paru jeudi au Journal Officiel.

Pour mieux encadrer les enterrements, un diplôme sera désormais exigé pour les pompes funèbres : « à compter du 1er janvier 2013, toute personne exerçant la profession de maître de cérémonie, de conseiller funéraire ou dirigeant/gestionnaire d’une entreprise, d’une régie ou d’une association de pompesfunèbres devra être titulaire d’un diplôme spécifique« , stipule le décret publié jeudi.

Aujourd’hui, seuls les thanatopracteurs (embaumeur pour les soins donnés aux morts) doivent être titulaires d’un diplôme pour exercer leurs fonctions. Les autres agents du service extérieur des pompes funèbres ne sont astreints qu’au suivi d’une formation professionnelle de 40 à 136 heures, à l’issue de laquelle l’organisme de formation leur délivre une attestation.  Celle-ci est un simple « certificat de présence »  garantissant que la personne a assisté aux séances de formation. Aucun contrôle des connaissances acquises n’est effectué.

Un jury validera

Les diplômes couronneront « une formation théorique et une évaluation pratique » allant de 70 heures de cours pour le maître de cérémonie à 188 heures pour les dirigeants, à quoi s’ajoute une formation pratique dans une entreprise du secteur, selon le décret. Parmi les matières étudiées figurent : « hygiène », « sécurité », « psychologie et  sociologie du deuil », « pratiques et rites funéraires », la législation et réglementation funéraires, commerciale ou encore le « conseil à la vente ». Les diplômes seront délivrés après examen par un jury. Leur obtention doit intervenir dans les 12 mois suivant l’embauche ou la création d’une entreprise de pompes funèbres pour les dirigeants.

Pour ceux qui seraient déjà dans le métier depuis au moins six mois, une validation de l’expérience professionnelle est possible à condition qu’ils soient titulaires du certificat exigé jusqu’ici. Seule incertitude comment vont fonctionner les jurys, composés de responsables de sociétés funéraires. « Accepteront-ils une personne si celle-ci veut venir s’installer dans leur secteur, ce qui pourrait leur porter un préjudice commercial ? », s’interroge le président de l’Association française d’information funéraire.

Copyright @ 2012 lci.tf1.fr


Rappel en matière de droits de succession et de donation…

Posté le 16 novembre 2012

Les droits de succession et de donation sont calculés selon un tarif qui dépend du lien de parenté entre le défunt et le bénéficiaire. Il s’applique sur la part nette taxable qui est la part reçue par chaque héritier, légataire ou donataire après déduction des abattements.

Par ailleurs, des abattements sont prévus pour le calcul des droits à régler en cas de donation. Ils varient selon le lien qui unit le donateur et le donataire.

Pour les donations effectuées à partir du 17 août 2012, l’abattement se reconstitue tous les 15 ans (au lieu de 10 ans auparavant).

Ce délai de 15 ans (appelé « rappel fiscal ») concerne toutes les donations, quel que soit le lien qui unit le donateur et le donataire.
  • Donations aux enfants : Un abattement de 100.000  s’applique sur la part de chacun des enfants
  • Donation à une personne handicapée : Un abattement spécifique de 159.325  s’applique aux donations en faveur des personnes handicapées, sous certaines conditions.
  • Donations entre époux et partenaires de Pacs : Un abattement de  80.724  s’applique sur la part du conjoint (du partenaire) du donateur.  
  • Donations entre concubins :Les concubins ne bénéficient d’aucun abattement. Une taxation de 60% est appliquée sur la valeur du bien ou des sommes données.
  • Donations aux petits-enfants : Un abattement de 31.865  s’applique sur la part de chacun des petits-enfants.
  • Donations aux arrière-petits-enfants : Un abattement de 5.310  s’applique sur la part de chacun des arrière-petits-enfants.
  • Donations entre frères et surs : Un abattement de 15.932  s’applique sur la part de chaque frère ou sur.  Cet abattement se cumule, si nécessaire, avec l’abattement prévu en faveur des personnes handicapées.
  • Donations aux neveux et nièces : Un abattement de 7.967  s’applique sur la part de chacun des neveux et nièces.
Ci-dessous un rappel des tarifs applicables

  • Succession ou donation en ligne directe (ascendants et descendants), fraction de part nette taxable
Montant taxable après abattement Taux
Moins de  8.072 5%
Entre 8.072  et 12.109 10%
Entre 12.109  et 15.932 15%
Entre 15.932  et 552.324 20%
Entre 552.324  et 902.838 30%
Entre 902.838   et 1.805.677 40%
Supérieure à 1.805.677 45%
  • Donations entre époux ou partenaires pacsés, fraction de part nette taxable
Montant taxable après abattement Taux
Moins de 8.072 5%
Entre 8.072  et 15.932 10%
Entre 15.932  et 31.865 15%
Entre 31.865  et 552.324 20%
Entre 552.324  et 902.838 30%
Entre 902.838   et 1.805.677 40%
Supérieure à 1.805.677 45%
  • Succession ou donation entre frères et surs (vivants ou représentés), fraction de part nette taxable
Montant taxable après abattement Taux
Inférieure à 24.430 35%
Supérieure à 24.430 45%
  •  Successions entre d’autres personnes
Situation où les montants sont taxables après abattement Taux
Succession entre parents jusqu’au 4ème degré inclus 55%
Succession entre parents au-delà du 4ème degré ou entre personnes non parentes 60%

Copyright @ 2012 Juritravail.com